Vous êtes ici : Informations > Douane > Sécurité - Contrefaçon

4e journée nationale de destruction de contrefaçons

Publié le : mardi 15 novembre 2016 |
4e journée nationale de destruction de contrefaçons
Destruction de contrefaçons | © Douane
Lors de cette quatrième édition, des artistes mettent leur créativité « destructrice » au service de la lutte contre la contrefaçon.

Le 15 novembre 2016, Christian ECKERT, secrétaire d’Etat chargé du Budget et des Comptes publics, lance la quatrième journée nationale de destruction  de contrefaçons saisies par la douane, au siège de PriceMinister à Paris.
A cette occasion, des œuvres d’artistes contemporains, illustrant différents modes de destruction des contrefaçons (écrasement, disparition, compression ...) sont réalisées.

 

Le dossier de presse


La lutte contre la contrefaçon constitue un défi majeur pour les États et une priorité de la douane.

La contrefaçon représente en effet une triple menace, pour la santé publique d’abord, pour la sécurité des consommateurs ensuite, et pour l’économie nationale, enfin.

Au cours des deux dernières décennies, le phénomène de la contrefaçon a connu une forte expansion, facilitée par la mondialisation des échanges mais aussi, plus récemment, par le développement d’Internet et du e-commerce.

La fraude a également beaucoup évolué. Tous les produits sont désormais concernés par le faux : les articles de luxe bien sûr mais également les produits du quotidien, brosses à dents, jouets, barbecues, les pièces auto et même les biens industriels ou les câbles électriques. Par ailleurs, les contrefaçons sont produites à l’échelle mondiale, majoritairement en Asie mais également en Europe. Elles circulent de manière croissante par le fret express ou postal.

Face à un phénomène en constante évolution, la douane a su adapter ses méthodes et ses moyens d’action. Elle développe ainsi son action sur Internet, grâce à des services spécialisés tels que Cyberdouane, qui travaille activement en vue d’infiltrer et de démanteler les réseaux clandestins intervenant sur le Darknet.

Les pouvoirs de la douane en matière de contrefaçons ont également été confortés.

Parallèlement, la douane a renforcé ses partenariats avec les titulaires de droits. C’est en effet le dépôt d’une demande d’intervention par les entreprises qui permet à la douane de retenir les marchandises suspectées d’être contrefaisantes et contribue à la protection des droits. L’engagement des titulaires de droits, à nos côtés, est donc primordiale. Il en est de même pour le partenariat engagé avec les expressistes et les opérateurs du commerce en ligne.

La douane agit également en coopération avec d’autres partenaires comme l’UNIFAB, le Comité Colbert ou encore le CNAC. Au niveau international, elle participe aux travaux de la Commission européenne et de son organisme de lutte contre la fraude (l’OLAF), d’Europol et de l’OMD (Organisation mondiale des douanes).

Grâce à l’évolution de ses méthodes de travail et à ses partenariats, mais aussi grâce à un engagement constant de tous les services douaniers, les résultats sont là. Les saisies douanières de contrefaçons sont ainsi passées en France de 200 000 articles en 1994 à 7,7 millions en 2015, 3e score jamais atteint depuis 20 ans.

Cette journée de destruction se veut pédagogique et vise à informer, sensibiliser et alerter le consommateur sur les dangers de la contrefaçon.

 

Une manifestation nationale

La 4e journée nationale de destruction de contrefaçons saisies par la douane est organisée dans plus d’une vingtaine de directions régionales des douanes, sur l’ensemble du territoire national et en outre-mer.
 

Un évènement parisien innovant

Cette année, la douane innove pour son événement parisien, et, ce, à double titre :

  • en organisant la destruction dans les locaux d’un opérateur du Web, PriceMinister, partenaire de la douane, particulièrement impliqué dans la lutte contre la contrefaçon sur Internet.

    L’explosion de la contrefaçon sur Internet rend la coopération avec les opérateurs du net indispensable. Le protocole signé entre la douane et PriceMinister en 2010 est un exemple des partenariats que la douane souhaite mettre en place pour lutter contre la contrefaçon, notamment dans le commerce en ligne.
     
  • en présentant la destruction de contrefaçons via la réalisation d’oeuvres d’art.

    Pas de rouleau compresseur ou de camion broyeur cette année mais une démarche artistique, de sensibilisation, qui a pour but d’illustrer des modes de destruction des contrefaçons : destruction, écrasement, disparition, compression. 7 artistes ont ainsi mis leur créativité « destructrice » au service de cette lutte, menée par la douane au quotidien. Sculptures, murs de compressions de contrefaçons, toiles … ont été réalisées à partir de contrefaçons saisies par les services douaniers, poussettes, bijoux, articles textiles, figurines pour enfants, sacs à main, jouets, peluches, qui ont été détruites, broyées, lacérées, brûlées.

 

La 4e journée nationale de destruction de contrefaçons en images

L'événement sur Twitter @douane_France


DouaneTV [Vidéo - 2'53]


Ministère de l'économie et des finances [Vidéo - 2'31]


Ministère de l'économie et des finances [Vidéo - 1'29]

 

Lancement par Christian Eckert, secrétaire d’Etat chargé du Budget et des Comptes publics, dans les locaux de PriceMinister

Album photo (Google+)

 

 

Des contrefaçons saisies en région parisienne, notamment de maillots de football de l'euro 2016, sont détruites par broyage

Album photo (Google+)

 

 

Création de la sculpture CONTREFRACTION par le collectif EXPERIENCE D’ART

Album photo (Google+)

 

 

En savoir plus

 

Auteur : Bureau de l'information et de la communication