Vous êtes ici : Informations > Douane

Nomination du nouveau directeur général de la douane française

Publié le : lundi 6 février 2017 |
Nomination du nouveau directeur général de la douane française
Rodolphe Gintz | © Douane
Rodolphe Gintz est nommé directeur général des douanes et droits indirects à compter du 6 février 2017.

 

M. Rodolphe Gintz, ingénieur en chef des ponts, des eaux et des forêts, est nommé directeur général des douanes et droits indirects, à l'administration centrale du ministère de l'économie et des finances à compter du 6 février 2017.

Quand le Premier ministre et le Président de la République m'ont proposé de prendre la tête de la douane, j'ai immédiatement accepté, parce que les douanières et les douaniers sont des agents d’un très grand professionnalisme et fortement impliqués. Je voulais servir dans une administration dynamique et réactive, utile pour l’économie de notre pays et nos concitoyens, une administration aux missions variées mais qui forment un ensemble cohérent. La douane représente pour moi un service public moderne qui a d’excellents résultats, qui s'adapte en permanence et qui se trouve au cœur des plus grandes problématiques de notre pays. Cet engagement au service de notre pays est très important pour moi, comme il l'est pour tous les agents de la douane. En plus, je suis très fier d'être le directeur général d'une administration qui a une culture, des traditions, une histoire mais aussi un bel avenir.

J’ai déjà travaillé à de nombreuses occasions avec la douane, notamment lorsque j'étais conseiller en charge des comptes publics du Premier ministre puis du Président de la République.

Je viens avec le souhait de mettre au service de la douane les compétences acquises au cours de mes précédentes fonctions, notamment en ce qui concerne le budget et la fiscalité, le fonctionnement de l’État et la prise de décisions à son plus haut niveau.

Mes ambitions pour la douane

Je souhaite que la douane reste aux plus hauts standards des administrations douanières, pour la protection de notre territoire et de nos concitoyens comme pour le soutien de l’activité économique.

Sa capacité à s’adapter, son efficacité, ses résultats et son dynamisme la rendent indispensable. Les agents de la douane montrent que notre pays ne peut pas se passer d'une administration douanière forte.

Je souhaite également poursuivre l’ouverture de la douane vers l'extérieur, en faisant mieux connaître l'ensemble de ses compétences et en montrant qu'elle est au cœur des grands enjeux nationaux : compétitivité de notre économie, sécurité de notre territoire et de nos concitoyens.

La douane doit être aussi ouverte aux coopérations pour montrer que, si elle demeure une administration du Ministère de l’Économie et des Finances, elle est parfaitement complémentaire des autres services de l’État. C'est un enjeu très fort pour la douane de montrer sa capacité à travailler avec les autres. Là aussi, la douane a eu d’excellents résultats que je souhaite mieux faire connaître.

Enfin, l'ouverture à l'international est également primordiale car nous devons montrer que la douane est l’une des premières administrations françaises tournée vers l'extérieur. Elle est en effet bien souvent le premier contact concret avec notre territoire pour le voyageur international. Elle l’est aussi pour les flux de nos entreprises ou pour les aider sur leurs marchés à l’export au travers de notre réseau d’attachés douaniers.

Rodolphe Gintz
Directeur général des douanes et droits indirects

 

Le parcours de Rodolphe Gintz

Date et lieu de naissance : 13 mai 1977, à Nancy (54).
 

FORMATION

  • Ingénieur en chef des ponts, des eaux et des forêts (école des ponts ParisTech, promotion 2002)
  • Ingénieur diplômé de l’école polytechnique (promotion 1996)
     

EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE

  • Au cabinet du Président de la République :
    Avril 2015 – février 2016 : conseiller du Président de la République, en charge des finances publiques puis, à partir de juin 2016, des finances et des comptes publics.
     
  • Au cabinet du Premier ministre :
    Mai 2012 – avril 2014 : conseiller du Premier ministre, en charge des comptes publics.
     
  • A l’école nationale d’administration :
    Octobre 2010 – avril 2012 : chargé de cours (finances sociales) et de travaux dirigés (finances sociales, finances publiques).
     
  • A la direction du budget au ministère de l’économie et des finances :
    • Septembre 2014 – mars 2015 : conseiller du directeur du budget.
    • Janvier 2011 – mai 2012 : sous-directeur de la sixième sous-direction, en charge des finances sociales : (i) emploi et de la formation professionnelle, (ii) solidarité et intégration, (iii) santé et synthèse des comptes sociaux et (iv) retraite et régime spéciaux de retraite.
    • Décembre 2008 – janvier 2011 : sous-directeur de la troisième sous-direction, en charge (i) de l’éducation nationale, (ii) de l’enseignement supérieur et de la recherche, (iii) de l’énergie, des participations de l’État, de l’innovation, et de l’industrie.
    • Janvier 2006 – novembre 2008 : chef du bureau des transports, en charge du budget des transports, de la tutelle des entreprises publiques (RATP, RFF, SNCF, sociétés d’autoroutes, ports, aéroports) et du financement des infrastructures de transports.
    • Juin 2004 – janvier 2006 : adjoint au chef du bureau de l’emploi et de l’insertion, responsable du budget de l’emploi et des régimes d’indemnisation du chômage.
    • Janvier 2002 – mai 2004 : adjoint au chef du bureau des transports, responsable du budget des routes, de la sécurité routière et de la tutelle des sociétés publiques d’autoroutes ; du budget de la mer et de la tutelle des ports autonomes.

 

En savoir plus

 

Auteur : Bureau de l'information et de la communication