Vous êtes ici : Informations > Douane

Saisie record de cocaïne dans le Pacifique Sud

Saisie record de cocaïne dans le Pacifique Sud
Photo d'illustration - interception d'un voilier | © Douane
Un voilier chargé de 1,4 tonne de cocaïne est arraisonné le 27 juillet au large de la Nouvelle-Calédonie.

 

Fin juin, ce voilier, battant pavillon Gibraltar, est signalé suspect à l'échelon de la direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) des Antilles-Guyane par la direction régionale des douanes françaises de Polynésie.


Le comportement des membres d'équipage, rapporté par un gendarme sur place, alimente les premières suspicions. Les recherches réalisées par la direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) en liaison notamment avec les autorités anglaises, permettent d'en savoir plus sur le bateau et les membres d'équipage. La DNRED retrace aussi avec précision le trajet du voilier depuis le Panama.

Alors que le voilier est reparti de la Polynésie, le Gouvernement britannique, autorise sa visite en haute mer. Pendant son trajet depuis son départ de Polynésie, le voilier reste suivi et sous la surveillance opérationnelle constante de la DNRED en liaison avec les autorités anglaises. La DNRED communique, tous les jours, sa position aux autres services. La relocalisation par un avion de la Marine nationale est mise en place grâce aux renseignements transmis quasi quotidiennement par la DNRED via la direction des douanes de Nouvelle-Calédonie.

Le voilier est arraisonné, le 27 juillet, par la frégate « Vendémiaire » de la Marine nationale, à l'Est de la Nouvelle-Calédonie, à 900 nautiques au Sud-Est de Nouméa, au large des îles Tonga.

Lors de la visite du voilier, c'est l'agent des douanes de la direction régionale de Nouvelle-Calédonie embarqué à bord de la frégate, en qualité de spécialiste de la fouille des navires, qui détecte la présence de cocaïne dans des caches aménagées au moyen de son endoscope. Il remarque d'abord un compartiment à l'avant du navire, dont la trappe d'accès via le pont (sous un radeau) est thermosoudé, des radeaux de survie non conformes et la présence de plusieurs téléphones.

Le capitaine et l'équipage (4 personnes en tout) du voilier déclarent convoyer le navire et ne rien savoir du compartiment et des radeaux. Le douanier découvre alors des paquets plastiques noirs, scotchés avec du ruban argenté, inaccessibles dans le compartiment et dans les radeaux. Il décide alors de couper et creuser dans les cloisons et parois du navire pour atteindre les paquets. Après 4 heures de visite, il confirme, suite à réactions positives aux tests, que les paquets contiennent de la cocaïne.

La pesée révèle que le navire transporte 1,4 tonne de cocaïne d'une valeur sur le marché illicite de revente des stupéfiants de l'ordre de 100 millions d'euros.

Les quatre membres de l'équipage ont été aussitôt placés en rétention. L'enquête a été confié en co-saisine à la Section de Recherches de la Gendarmerie Nationale et au Groupe d'Intervention Régional (GIR) de Nouméa.

Cette affaire illustre le partenariat renforcé et efficace depuis 2014 entre la DNRED (échelon Antilles-Guyane) et les directions des douanes de la zone pacifique, dans la lutte contre le trafic de produits stupéfiants sur cet axe Amérique du Sud - Pacifique. De même, elle témoigne du partenariat efficace et de la complémentarité entre les services territoriaux de la douane et la DNRED, ainsi que des capacités d’investigation de la douane. Enfin, elle illustre la complémentarité des moyens opérationnels douaniers et interministériels sur cette zone sensible de transbordement au cœur de laquelle se trouvent nos territoires nationaux.

 

Contact presse

 

 
Auteur : Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières, Direction régionale de Polynésie Française