Vous êtes ici : Informations > Douane > Emploi - Fiches métiers

Contrôleur de maintenance navale (catégorie B)

Publié le : mercredi 11 octobre 2017 |
Contrôleur de maintenance navale (catégorie B)
Contrôleur de maintenance navale | © Douane
Le contrôleur de maintenance navale est chargé de l'entretien et de la maintenance générale des moyens maritimes de la douane.

 

Le contrôleur des douanes et droits indirects exerçant dans la spécialité maintenance navale est un agent de catégorie B chargé de l'entretien et de la maintenance générale des moyens maritimes de la direction générale des douanes et droits indirects. Il appartient à la branche de la « surveillance » de la douane.


La direction générale des douanes et droits indirects (DGDDI) relève du ministère de l’action et des comptes publics. Elle est chargée de missions très diverses telles que le dédouanement des marchandises, la lutte contre la fraude, la protection du consommateur ou l'élaboration des statistiques du commerce extérieur.

Pour ses missions maritimes, elle dispose d'une flotte navale répartie sur l'ensemble des façades maritimes (métropole et outre-mer). Cette flotte est actuellement composée de patrouilleurs garde-côtes, de vedettes garde-côtes disposant d'une mobilité et d'une capacité leur permettant d'intervenir rapidement dans la zone contiguë (24 milles des côtes), de vedettes de surveillance rapprochée de 10 à 14 mètres, chargées de surveiller l'approche du littoral jusqu'à 24 milles, de pneumatiques ainsi que de bateaux écoles assurant la formation des marins.

La douane maritime se complète de moyens aériens comprenant des avions et des hélicoptères.
 

Les fonctions du contrôleur en maintenance navale

Le contrôleur spécialiste en maintenance navale est amené à exercer ses fonctions :

  • soit à bord d’une vedette (vedette de surveillance rapprochée - VSR, ou garde-côtes - VGC) ou d’un patrouilleur garde-côtes des douanes en métropole ou en Outre-mer.
    • Il est chargé de l’entretien et de la maintenance générale et préventive des matériels, notamment des moteurs de propulsion de 250 à 1800 chevaux pour les VSR et VGC et + de 3000 KW pour les patrouilleurs, des groupes électrogènes et de climatisation, des auxiliaires de coque et machine (pompes, hydrophores …) ;
    • Il procède à des contrôles réguliers de l’ensemble des équipements mécaniques et électriques du bord et assure le suivi des paramètres ;
    • Il effectue, dans la limite de ses compétences, les réparations nécessaires sur les moteurs de propulsion, les groupes électrogènes ainsi que sur la totalité des auxiliaires mécaniques et électrotechniques ;
    • Il assure la mise à jour des plans et documents de bord (supports papier et informatique) ;
    • Il participe à l’élaboration des programmes de maintenance ainsi qu'aux activités de visites et de contrôles douaniers des navires ;
    • Il est destiné, à terme, à assurer des fonctions d'encadrement du service machine.
       
  • soit à l’atelier naval national à La Rochelle

    Au sein de cette structure nationale de maintenance navale :
    • Il assure, selon ses qualifications, les fonctions de mécanicien ou de chef de l'atelier mécanique/électrique ;
    • Il centralise, sous l'autorité du responsable administratif, les travaux à réaliser sur les périphériques moteurs et sur les auxiliaires de bord ;
    • Il réalise les travaux de maintenance ou de réparation sur les organes qui lui sont confiés.
    • Il effectue les déplacements sur les bords et les travaux de mise en service, de remotorisation, etc. qui lui sont ordonnés ;
    • Il a vocation, à terme, à assurer les fonctions de responsable de cette structure.
       

De par la nature même de leurs fonctions, les agents de la branche surveillance sont astreints à une grande disponibilité. Ils exercent des permanences de nuit, les samedis, dimanches et jours fériés. Une bonne condition physique est nécessaire à l’accomplissement de ces fonctions actives et de terrain.
 

Le déroulement de carrière

Nomination et stage

Les lauréats des concours externes et internes sont nommés contrôleurs stagiaires. Ils suivent une période de formation égale à douze mois, comprenant une formation théorique à l’école nationale des douanes de La Rochelle d’une durée d’environ 18 semaines suivie d’un stage pratique dans les services déconcentrés de la direction générale des douanes et droits indirects.

Dès leur entrée dans l’établissement de La Rochelle, les stagiaires sont astreints au port de l’uniforme.

Le lieu géographique du stage dépend des besoins de l’administration et du classement à l’issue du cycle d’enseignement professionnel.

La période de stage pratique peut comprendre une formation à l'atelier naval national.

Titularisation

A l'issue de leur année de stage, et sous réserve qu'ils aient satisfait aux divers contrôles des connaissances effectués durant cette période, les contrôleurs stagiaires sont titularisés et affectés dans les services en tant que contrôleur des douanes et droits indirects de deuxième classe.

Avancement

Le grade de contrôleur de deuxième classe comprend 13 échelons. Le passage de l'un à l'autre s'effectue par ancienneté. Les contrôleurs peuvent accéder aux grades supérieurs par concours ou par promotion au choix, sous réserve de certaines conditions d'ancienneté de carrière. Ils peuvent ainsi accéder, en catégorie B, au grade de contrôleur de première classe et de contrôleur principal et, en catégorie A, au grade d'inspecteur lequel ouvre lui-même l'accès au cadre supérieur.
 

Pour plus d'informations sur le concours, les modalités, les épreuves et les conditions du recrutement, la rémunération indicative, consultez la fiche d'information sur le concours de contrôleur des douanes et droits indirects en maintenance navale.

 

En savoir plus

 

 
Auteur : A/1 - Politique générale du personnel