Jeudi 8 février 2024

Viande et produits laitiers dans les bagages : pourquoi c’est interdit

Savez-vous que des maladies virales (virus de l’Ebola, grippe aviaire, fièvre aphteuse peste porcine africaine…) peuvent être véhiculées par l’alimentation d’origine animale ? Que consommer et transporter de la viande d’espèces sauvages participe directement à leur extinction ?

ENGLISH VERSION

Il est par conséquent interdit de transporter de la viande et des produits laitiers dans vos bagages.

Les importations de viande et de produits laitiers dans les bagages sont interdites (sauf très rares exceptions)

Pour vous protéger et préserver le territoire européen, les importations de viande et de produits laitiers contenus dans vos bagages et dans les colis personnels sont strictement encadrées. L’interdiction est le principe, mais certaines tolérances prévues par la réglementation européenne existent.

NB : Sont exemptés de contrôles vétérinaires en poste de contrôle frontalier (PCF) certains produits d’origine animale, contenus dans les bagages personnels des passagers, à la condition que ces produits :  

  1. soient destinés à la consommation personnelle ou à l’usage personnel des passagers ; 
  2. n’excèdent pas les seuils de quantités fixés par la réglementation européenne ; 
  3. appartiennent à l’une des catégories reprises dans le tableau ci-dessous.
Produits alimentaires interdits et autorisées à l'entrée dans l'Union européenne
Produits concernés Voyageurs hors UE (y compris le Royaume-Uni à compter du 1er janvier 2021) Île Féroé et Groenland

Viande (viande de boucherie ou de brousse)

Produits à base de viande (foie gras, pâté, saucisson)

Lait

Produit à base de lait (yaourts, fromages, beurre)

Interdits Autorisés jusqu’à 10 kg

Lait en poudre pour nourrissons, aliments pour nourrissons & denrées alimentaires spéciales requises pour raison médicale 

Autorisés jusqu’à 2kg Autorisés jusqu’à 10 kg
Produits de la pêche frais ou éviscérés ou produits transformés de la pêche (poissons frais ou séchés, coquillages, crustacés) Autorisés jusqu’à 20 kg Autorisés sans limite de poids
Autres produits d’origine animale (miel, escargots)  Autorisés jusqu’à 2 kg  Autorisés jusqu’à 10 kg
Aliments pour animaux familiers requis pour raison Autorisés jusqu’à 2 kg Autorisés jusqu’à 10 kg

Situations particulières des voyageurs en provenance d'Andorre, d'Islande, de Norvège, de Saint-Martin, de la Suisse, du Liechtenstein ou d'Irlande du Nord

Les denrées d'origine animale en provenance de ces pays sont autorisées sans limite de quantité. 

Ces exemptions de contrôle en PCF et leurs conditions s’appliquent également aux petits envois de produits d’origine animale expédiés à des personnes physiques, qui ne sont pas destinés à être mis sur le marché.

Ces exemptions ne s’appliquent pas aux envois entre professionnels qui sont soumis, à l’importation, à contrôle vétérinaire en poste de contrôle frontalier et à la présentation d’un document sanitaire commun d’entrée (DSCE) à l’appui de la déclaration en douane.

Le plan d’action du Gouvernement contre ce fléau

En 2023, à l’initiative de la secrétaire d’État à la biodiversité, un plan de lutte contre les importations illicites de viande et de produits laitiers dans les bagages voyageurs a été élaboré par l’ensemble des administrations concernées, en partenariat avec les compagnies aériennes, les gestionnaires des aéroports et certaines associations environnementales (WWF, Union Internationale pour la Conservation de la Nature, Fonds international pour la protection des animaux…).

Son but est de mettre en œuvre des solutions opérationnelles pour renforcer la lutte contre ce trafic. Dans ce cadre, la douane est chargée de coordonner l’organisation des réunions du groupe de travail interministériel. La dernière réunion du groupe de travail, qui s’est tenue le 29 septembre, a permis à l’ensemble des acteurs de s’entendre sur les axes prioritaires du plan d’action.

La douane est particulièrement mobilisée pour, d’une part, améliorer la sensibilisation des voyageurs aux risques sanitaires et environnementaux encourus et, d’autre part, renforcer la détection de ces marchandises et ainsi faciliter la réalisation des contrôles.

En 2022, près de 25 tonnes de viande illicites ont été saisies par la douane, dont environ 850 kg correspondant à des espèces sauvages protégées.