Mardi 2 juillet 2019

Restitution aux autorités pakistanaises d’un trésor archéologique

Les 445 objets remis - statuettes, bustes, vases, jarres, urnes, bols, gobelets, assiettes et coupelles - ont été saisis par la douane en 2006 et 2007.

Communiqué de presse interministériel

Restitution aux autorités pakistanaises d’un trésor archéologique saisi par la douane française en 2006 et 2007

Ce mardi 2 juillet 2019, à l’ambassade du Pakistan à Paris, M. Rodolphe Gintz, directeur général des douanes et droits indirects, a remis à M. Muhammad Amjad Aziz Qazi, Chargé d'affaires de l'ambassade du Pakistan en France, en présence de Mme Laurence Auer, directrice de la culture, de l’enseignement, de la recherche et du réseau (MEAE) et de M. Bruno Favel, chef du département des affaires européennes et internationales à la direction générale des patrimoines du ministère de la culture, un trésor archéologique saisi par la douane française en 2006 et 2007.

Au total 445 statuettes, bustes, vases, jarres, urnes, bols, gobelets, assiettes et coupelles sont restitués à leur pays d’origine. Elles proviennent pour la plupart des cultures Nal (3100-2700 av. J.-C.) et Kulli (2600 et 1900 av. J.-C) du Balochistan.

Les objets archéologiques restitués

Service Flickr indisponible en raison de la non-acceptation de l'utilisation des cookies

La restitution à l'ambassade du Pakistan à Paris

Service Youtube indisponible en raison de la non-acceptation de l'utilisation des cookies

Restitution aux autorités pakistanaises d'un trésor archéologique saisi par la douane française en 2006 et 2007

Comment ces pièces archéologiques ont-elles été découvertes ?

« Les objets ont été découverts à l'occasion d'une saisie effectuée par des agents d'un bureau de contrôle sur la plateforme de Roissy. Il s'agissait donc d'un envoi postal, un colis sans désignation commerciale, en provenance du Pakistan et à destination d'une galerie parisienne. Au regard de l'ancienneté de ces pièces, les agents ont demandé une expertise d'un archéologue au CNRS qui a confirmé l'authenticité de ces pièces.
Quinze jours après, une seconde affaire se produit, des nouvelles pièces sont constatés, il s'agit en fait de la même galerie. »

Anne-Sophie Vitoux, secrétaire générale de la direction interrégionale des douanes de Paris Aéroports (DIPA)

Pourquoi autant de temps entre la découverte des objets et leur restitution ?

« Dans un premier temps les deux constatations. Ensuite l'enquête confiée au SNDJ, les expertises complémentaires, les résultats des perquisitions. Puis après il faut faire jouer les accords et la coopération avec le Pakistan, voir si il est intéressé pour se voir restituer les objets. Et c'est seulement en février 2019 qu'effectivement l'ambassade du Pakistan a confirmé ce souhait. »

Anne-Sophie Vitoux

Pouvez-vous nous décrire ces objets ?

« Alors ce lot d'antiquités est composé de céramiques (récipients en terre cuite), datées de la période protohistorique et qui proviennent sans aucun doute de la région du Balouchistan, province située au sud ouest du Pakistan. Une province connue pour son important patrimoine culturel et notamment pour son exceptionnel héritage datant de cette période chalcolithique et de l'âge du bronze, puisque ces objets sont datés du 3ème millénaire. »

Aurore Didier, directrice de la mission archéologique française du bassin de l'Indus (MAFBI)

Quel est l'intérêt archéologique de ces pièces ?

« Alors l'intérêt, il est fondamental, puisque il y a assez peu de cimetières ou tombes qui ont été fouillées dans la province du Balouchistan. Les archéologues qui ont travaillé se sont surtout concentrés sur des fouilles d'habitats. Bien entendu il y a quelques tombes qui ont été fouillées mais pour l'instant les pratiques funéraires sont connues mais pas dans le détail. Donc cet ensemble d'objets a vraiment une importance particulière puisque pour un archéologue notamment, ça lui donne l'occasion de pouvoir avoir un ensemble d'objets provenant d'un même contexte et de mieux comprendre l'iconographie, les pratiques funéraires de ces cultures. »

Aurore Didier

Que vont devenir ces objets ?

« Tout d'abord j'aimerais au nom de l'ambassade du Pakistan exprimer toute ma gratitude aux douanes françaises et au ministère des affaires étrangères pour leur soutien constant et leur coopération. Cette restitution ne fera que renforcer la profonde et forte amitié qui lie la France et le Pakistan. Je pense qu'il sera intéressant pour nous et pour les passionnés de ce type de pièces de pouvoir les découvrir en vrai. Mais avant cela, elles vont être rapatriées au Pakistan afin que nous décidions du lieu qui va les accueillir. »

Abbas Sawar Qureshi, chef de Chancellerie à l'ambassade du Pakistan

Contacts presse