Équipe de France Douane

L’Équipe de France Douane accueille six nouveaux champions pour la saison 2019/2020 : Caroline Queroli en escrime, Madeleine Malonga en judo, Julia Simon et Émilien Jacquelin en biathlon, François Place et Tess Ledeux en ski free style.

Éditorial - saison 2019 / 2020

« Je félicite tous les membres de l’Équipe de France Douane pour leurs magnifiques performances de la saison passée !
Elle s’est terminée en beauté avec le splendide doublé de Madeleine Malonga, toute nouvelle recrue, et Marie-Ève Gahié, sacrées championnes du monde de judo au Japon, patrie historique de ce sport, et le second titre de champion du monde d’escrime par équipe de Yannick Borel.
Une mention spéciale à Alexis Pinturault, champion du monde de combiné alpin, qui achève sa saison avec une magnifique victoire en slalom géant à Soldeu en Andorre et se classe respectivement premier et troisième au classement général de ces deux disciplines ! Avec 23 victoires, dont deux en 2019, il devient le skieur français le plus victorieux en Coupe du monde, devant Carole Merle.
Bravo également à Clément Noël (ski alpin), Quentin Fillon-Maillet (biathlon) et Jean-Frédéric Chapuis (ski cross), auteurs chacun de trois victoires en Coupe du monde, auxquelles s’ajoutent dix podiums cet hiver, dont huit pour Quentin !
Merci aux cinq skieurs ayant quitté l’équipe : Adeline Baud-Mugnier, Tanïa Barioz, Thomas Fanara, auteur d’une bien belle dernière saison, Maxime Laheurte et Thomas Mermillod-Blondin. Je vous souhaite le meilleur pour l’avenir.

J’ai le plaisir de vous présenter l’Équipe de France Douane 2019/2020, en souhaitant la bienvenue à six nouveaux sportifs : Caroline Queroli en escrime, Madeleine Malonga en judo, Julia Simon et Émilien Jacquelin en biathlon, François Place et Tess Ledeux en ski free style.
Ces arrivées sont en phase avec la douane : tradition, innovation et féminisation. Tradition, avec la consolidation de notre équipe de biathlètes. Innovation, par l’engagement de la douane dans les nouvelles disciplines du ski que sont le cross, le big air et le slope style. Féminisation enfin, avec quatre femmes parmi les six nouvelles recrues.
Talents confirmés ou en devenir, la douane les soutient dans les succès comme dans les difficultés inhérentes au sport de haut niveau. Que leur partenariat avec la douane leur permette d’accéder sereinement au plus niveau de leur discipline, tout en assurant leur avenir professionnel.

Cette plaquette serait incomplète sans un hommage à la mémoire de Yann Hélouet du bureau de la communication, disparu prématurément durant l’été. En 2010, il avait participé au lancement de cette Équipe de France Douane, qu’il affectionnait tout particulièrement et qui a gagné, grâce à lui, une reconnaissance médiatique. Je lui dédie cette plaquette, symbole de son implication dans la communication autour de l’équipe. »

Isabelle Braun-Lemaire
Directrice générale des douanes et droits indirects

Équipe de France Douane 2019-2020

La douane française et le sport de haut niveau

La tradition sportive en douane

La pratique du sport associatif dans l’administration des douanes trouve son origine dans les missions confiées aux agents travaillant dans les équipes de terrain dites de surveillance. Ainsi, le tir et la course à pied sont pratiquées au sein de l’association nationale des douanes par un très grand nombre d’agents. Celle-ci créée il y a tout juste 20 ans regroupe aujourd’hui 15 disciplines : aviron, basket, course à pied, cyclosport, football, golf, handisport, judo, pelote basque, rugby, ski alpin, ski de fond, tir et volley.
Plus d’un douanier sur 6 est inscrit à l’ASND, soit 3200 agents. Ce nombre important traduit l’attachement aux valeurs douanières que sont le courage, la recherche de la performance et l’esprit d’équipe, ainsi que le dynamisme de notre administration. Enfin, le sport associatif en douane permet de tisser des liens sociaux précieux entre douaniers de tous âges, métiers et tous grades.

Le sport de haut niveau en douane

Au cours de son histoire, la douane a eu besoin d’agents aptes à se déplacer en terrain montagneux, en été comme en hiver, pour surveiller les frontières du Jura, des Alpes et des Pyrénées et lutter contre la contrebande. À partir de 1908, l’administration des douanes a organisé des brigades à même de lutter contre « la fraude dans la saison des neiges », faisant naître ainsi les brigades de montagne et la tradition du ski en douane.
Dans les années 1950, l’engagement de la douane en faveur du sport de haut niveau débute. La formation et l’entraînement des agents sont confiés à des skieurs de haut niveau, membres des équipes de France de ski.
À partir des années 1960, la douane recrute des skieurs de haut niveau comme auxiliaires, pour répondre à la demande de la Fédération française de ski, préoccupée par la situation de champions qui doivent concilier un entraînement intensif et une activité professionnelle pour conserver leur statut d’amateur. À partir de 1967, 35 emplois de contractuels sont réservés à des skieurs, sportifs de haut niveau. Et c’est en 1968, aux JO de Grenoble que Jean-Claude KILLY, sous contrat avec la douane remporte les 3 épreuves en ski alpin, la descente, le slalom et le géant. La politique volontariste de soutien consistait à recruter et rémunérer des personnels mis à disposition du ski français pendant la saison hivernale. Compte tenu des méthodes d’entraînement nécessitant une présence quasi permanente des athlètes au sein des équipes de la Fédération française de ski, le partenariat évolue. En 1984, la douane s’engage, après la signature d’une convention avec le Ministère de la jeunesse et des sports, à réserver 40 emplois, sur son budget, à des skieurs de haut niveau, sous forme de contrats annuels renouvelables.
C’est à partir de 1994 que la douane diversifie ses partenariats. Les contrats libérés par la Fédération française de ski sont offerts à des sportifs de haut niveau d’autres fédérations sportives : athlétisme, escrime, judo, tir, voile. Ces contrats permettent aux athlètes de poursuivre leur carrière dans de bonnes conditions et de favoriser leur insertion professionnelle. Ils perçoivent un salaire, bénéficient d’une couverture sociale, de garanties statutaires en matière d’accidents survenus lors de leurs activités sportives.

La douane et le sport de haut niveau : un engagement réciproque

L’ambition de la douane est de permettre aux sportifs de haut niveau de transformer leurs aspirations sportives en performance, et de développer leur talent, leur passion et leurs exigences, en les conjuguant avec leur épanouissement personnel.
L’administration propose aux athlètes des actions de formation et de préparation aux concours administratifs. En effet, leur qualité d’agent contractuel des douanes leur permet de présenter les concours par voie interne, à l’image d'Annabelle Euranie (judo), Fabrice Guy (combiné nordique), Sylvain Guillaume (combiné nordique), Gaël Poirée (biathlon), Alexandre Aubert (biathlon), Ghislain Lemaire (judo), Sébastien Lacroix (combiné nordique), Josselin Henri (tir à la carabine), et de François Simond, actuel directeur sportif de l’équipe.