• Accueil
  • Importer des aliments pour animaux d'origine non animale

Démarche
Importer des aliments pour animaux d'origine non animale

Les aliments pour animaux d'origine non animale en provenance de pays tiers sont obligatoirement soumis à un contrôle vétérinaire en point d'entrée désigné (PED) au moment de leur introduction dans l'Union européenne.

En France, ce contrôle est réalisé par les agents du service d'inspection vétérinaire et phytosanitaire aux frontières (SIVEP), directement rattaché à la direction générale de l'alimentation (DGAL).

À l'issue du contrôle, un document commun d'entrée (ou une annexe A le cas échéant) est délivré par les agents du PED. Ce document doit obligatoirement être présenté à l'appui de la déclaration en douane lors de la mise en libre pratique des marchandises.

Qui est concerné par cette démarche ?

Tout importateur d'aliments pour animaux d'origine non animale ou son représentant.

Quelles marchandises sont concernées ?

Sont soumis à contrôle en point d’entrée désigné (PED) tous les produits d’origine non animale, dès lors qu’ils sont destinés à l’alimentation animale, quels que soient leur nature et leur stade de traitement (additifs, prémélanges, aliments complets, matières premières, aliments complémentaires, etc.).

L’obligation de contrôle s’applique donc à tout aliment pour animaux d'origine non animale, notamment ceux repris :

  •  à l’annexe I du règlement (CE) 669/2009 modifié qui dresse la liste des aliments pour animaux devant faire l’objet de contrôles officiels renforcés ;
  •  aux règlements ou décisions pris en application de l’article 53 du règlement (CE) 178/2002 (mesures d’urgence) : risque de contamination par les aflatoxines, gomme de guar originaire ou en provenance d’Inde, aliments originaires ou en provenance du Japon ;
  •  à l’annexe I de larrêté du 22 novembre 2011. Cette liste n’est pas exhaustive et énumère les principaux aliments pour animaux.

Existe-t-il des dérogations au contrôle en PED ?

Ne sont pas soumis à contrôle en PED :

  • Les aliments pour animaux originaires de Suisse, du Liechtenstein et de Norvège ;
  • Les produits non destinés à être mis en libre pratique dans l’UE ;
  • Les produits destinés en première intention à l’alimentation humaine. Ces produits relèvent à la législation alimentaire.

Comment obtenir un document commun d’entrée (DCE) ?

L’intéressé au chargement (l’importateur ou son déclarant) doit notifier, au moins un jour ouvrable avant leur arrivée sur le territoire de l'UE, l’introduction des marchandises soumises à contrôle en PED.

Cette prénotification est réalisée auprès du PED d’entrée sur le territoire douanier de l'Union (TDU) en remplissant la partie I du DCE, via le service en ligne TRACES (TRAde Control and Expert System).

En quoi consiste un contrôle vétérinaire en PED ?

Les contrôles vétérinaires en PED comprennent trois phases : un contrôle documentaire, un contrôle d’identité et un contrôle physique.

Ils sont réalisés dès l’introduction des lots sur le territoire douanier de l’Union. Aussi, les importateurs doivent veiller à importer les aliments pour animaux d’origine non animale dans un point d’entrée doté d’un PED (la liste des PED est fixée à l’annexe II de l'arrêté du 18 mai 2009 modifié.

Attention : les PED relevant du SIVEP ne doivent pas être confondus avec les PED relevant de la DGCCRF et dédiés aux contrôles des denrées alimentaires (consommation humaine).

Documents à fournir pour importer des aliments pour animaux d’origine non animale

À l’issue des contrôles, les agents du PED délivrent, via le service en ligne TRACES, le document commun d’entrée (DCE) qui atteste de la réalisation des contrôles.

Avec l'arrêté du 22/11/2011, la France a fait le choix de généraliser l'utilisation du DCE, initialement prévu pour les seuls contrôles des aliments pour animaux repris à l'annexe I du règlement (CE) 669/2009 modifié, à tous les contrôles réalisés en PED.

Or, tous les États membres n'ont pas fait ce choix et certains délivrent toujours des Annexes A dont le modèle est prévu par la directive 98/68/CE.

Le tableau ci-dessous récapitule les documents à présenter à l'appui d'une déclaration en douane de mise en libre pratique :

Documents à présenter

 

Aliments pour animaux faisant l’objet de contrôles renforcés (R(CE) 669/2009 modifié ou de mesures d’urgence (règlements pris en application de l’article 53 du R(CE) n°178/2002)

Autres aliments pour animaux (arrêté du 22/11/2011)

Contrôle dans un PED français

DCE uniquement

DCE uniquement si MLP en France

DCE et Annexe A si MLP dans un autre État membre

Contrôle dans le PED d'un autre État membre

DCE uniquement

DCE OU Annexe A

 

Comment déclarer en douane les aliments pour animaux d'origine non animale?  ?

L’original du DCE ou son équivalent électronique (ou l’Annexe A papier le cas échéant) est présenté aux agents des douanes lors de la mise en libre pratique (MLP) de la marchandise. Le placement sous tout autre régime douanier n’est pas subordonné à présentation du DCE ou de l’Annexe A aux autorités douanières.

En cas de MLP, le DCE (ou Annexe A) doit être dûment complété par le vétérinaire officiel, daté et revêtu de son visa, pour qu’il soit recevable à l’appui de la déclaration en douane.

Sur sa déclaration d’importation, en case 44, l’opérateur inscrit, selon le cas :

  •  le code document C678 « DCE » ;
  •  le code document 2016 « Un certificat sanitaire dit Annexe A ».

Afin de bénéficier de l’interconnexion du service vétérinaire en ligne TRACES et du service de dédouanement en ligne DELTA, la référence précise du DCE doit être indiquée à la suite du code document.

Qu’est-ce que la redevance vétérinaire à l’importation ?

La redevance vétérinaire a pour objectif de couvrir les frais occasionnés par les contrôles documentaires, d’identité et physiques réalisés à l’importation par le SIVEP. Elle est perçue lors de l'importation sur le territoire douanier, d’aliments pour animaux d'origine non animale visés par le règlement (CE) 669/2009 du 24 juillet 2009, de statut non Union, en provenance d’un État tiers à l’UE.

Aussi, si les contrôles officiels en PED sont applicables à tous les aliments pour animaux d’origine non animale importés, seuls les contrôles portant sur les aliments pour animaux repris à l’annexe I du règlement (CE) n° 669/2009 donnent lieu à perception de la redevance.

Les tarifs de la redevance sont prévus à l'annexe I de l’arrêté du 25/06/2012 modifié.

Elle est due par l’importateur et elle est solidairement due par son représentant lorsque celui-ci agit dans le cadre d’un mandat de représentation indirecte.

Elle est recouvrée par le service des douanes selon les mêmes règles, sous les mêmes garanties et privilèges qu'en matière de droits de douane. Les infractions sont constatées et réprimées et les instances instruites et jugées conformément aux dispositions du code des douanes.

Sur le plan pratique, l’opérateur doit saisir, en case 44 du DAU, le CANA Q217 correspondant à « Application de la redevance vétérinaire pour contrôles renforcés sur les aliments pour animaux d’origine non animale ».

Services en ligne & formulaires

FRANCE SESAME vous permet, pour vos importations d'aliments pour animaux d'origine non animale, de réaliser (avant la mise en libre pratique ou le placement sous tout régime douanier) les formalités administratives correspondantes et de planifier les contrôles décidés par l'administration :

Le service en ligne TRACES :

Pour plus de renseignements sur l'interconnexion TRACES/DELTA-G :

Encyclopédie tarifaire RITA :

Infos Douane Service

Nous vous renseignons sur les formalités douanières pour les particuliers et les professionnels.

Nos conseillers douaniers sont disponibles du lundi au vendredi, sauf jours fériés, de 9h00 à 17h30.

Le rappel est gratuit et le numéro affiché est 0 800 94 40 40.

Appels depuis les Outre-mer ou l'étranger : +33 1 72 40 78 50.